Quoi de neuf Jeudi ? (25 mai 2017, Ascension du Seigneur A)

Ce jeudi, Jésus ressuscité est élevé dans les cieux. Ça fait beaucoup pour un seul homme. Les Apôtres en restent à fixer le ciel où il s’en va, et « voici que deux hommes en vêtements blancs se tiennent devant eux et disent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? » (Ac 1, 1-11). Ces deux anges, genre visiteurs d’Abraham (Genèse 18,1-33) ne sont pas trois, comme si le Christ était celui qui manque, mais font à peu près la même promesse. Non pas la naissance d’Isaac, mais le retour du Christ. Ces deux compères prônent aux Apôtres un sérieux retour sur terre. C’est ici-bas qu’il faut agir. Non pas seulement pour assurer le cycle de la vie, mais pour accomplir toute la Résurrection. Jésus vainc la mort, mais pas pour continuer sa vie d’avant. Il monte jusqu’aux cieux pour remonter un jour d’entre nous. Il parcourt ainsi un très grand cercle, qui nous associe aux cieux tout en nous ancrant sur la terre des hommes. Et c’est l’Esprit qui va faire tourner la grande roue.

Résurrection et Ascension sont les manettes du grand manège qui nous élève, avec le Christ, au dessus des dominations humaines : « Il l’a établi au-dessus de toutes les puissances et de tous les êtres qui nous dominent, quel que soit leur nom, aussi bien dans le monde présent que dans le monde à venir. » (Ep 1, 17-23). Jésus dévalue tout pouvoir politique, économique, social, religieux, … humain. Seule compte la communion de tous avec Lui dans l’Eglise. Tout le reste, du pouvoir royal absolu aux micro-pouvoirs détectés par Michel Foucault, en passant par le pouvoir économique ou la hiérarchie institutionnelle du catholicisme, tout ceci n’est que vanité et vacuité.

Annoncer que la Résurrection et l’Ascension indissociables du Christ abolissent tout pouvoir, magnifique perspective, mais comment la mettre en œuvre ? C’est l’Evangile qui donne la marche à suivre : « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. » (Mt 28,16-20). « Tous les commandements » : facile a lister, il n’y en a que deux : aimer Dieu et aimer ton prochain comme toi-même.

Eh bien, on va pouvoir, sur la grande roue de l’Esprit, se simplifier la vie, le catéchisme, la morale et l’Eglise. Ca va nous faire revivre et nous élever. Prêts pour un grand tour de manège ? Et de ménage ?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Quoi de neuf Dimanche ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s